Caractérisation de l’efficacité technique des systèmes de pulvérisation et des pertes de pesticides appliqués aux cultures basses dans les régions méditerranéennes : cas de la Tunisie

Thèse soutenue

Doctorant: Hassouna Bahrouni

Soutenue en janvier 2010

  • Université : SupAgro Montpellier -Université de Carthage /  INAT Tunis –  Spécialité Energétique – Génie de Procédés
  • Directeur de thèse : Carole Sinfort – Elies Hamza
  • Contact ITAP : Carole Sinfort
  • Financement / Projets : CMCU, AUF, IRESA, INRGREF

Mots-clés : Pulvérisateur, Buse, Dérive.

Résumé :

En Tunisie, comme dans plusieurs pays méditerranéens, la céréaliculture est une activité trèsconsommatrice de pesticides (63% de la consommation totale de l’agriculture tunisienne). Par conséquent, il est nécessaire d’étudier le devenir des pesticides appliqués an de réduire les quantités perdues dans l’environnement tout en maintenant un niveau acceptable de l’e-cacité des traitements. Plusieurs études ont montré qu’après leur éjection par la buse, les gouttelettes sont plus ou moins soumises aux phénomènes de dérive et de perte au sol pendant le traitement.

La partie principale de ce travail est basée sur le développement et la validation d’un modèle capable de calculer les dépôts, la volatilisation (évaporation et pertes vers l’air) sous le vent, en grandes cultures. Le modèle DriftL, modèle de dérive à complexité réduite, a été alors construit sous le logiciel SciLab, version 5,03. Il a été paramétré à partir de mesures réalisées sous desconditions contrôlées en souerie et a bénécié d’une validation expérimentale. Une deuxièmepartie étudie expérimentalement les pertes directes au sol et la rétention sur les plantes en conditions de laboratoire. Comme pour le travail mené en souerie, il a été possible de mettre en évidence une relation entre la granulométrie des gouttelettes, la hauteur des buses, les variables microclimatiques et les dépôts mesurés dans les compartiments air, sol et plante.

Pour effectuer ces mesures, une démarche expérimentale a été mise en place afinn de choisir la méthode de travail la mieux adaptée. Après de nombreux tests, un collecteur a été sélectionnépour chaque compartiment. Une rampe mobile a été également fabriquée pour jouer le rôle dupulvérisateur dans les conditions de laboratoire. Les mesures effectuées au champ ont permis de valider certains des calculs de DriftL ainsi que les résultats obtenus au laboratoire.